Cote de popularité

Actuellement et depuis quelques (de nombreuses ?) année, l’idée marketing pour vendre un film c’est de balancer des acteurs/actrices à des hordes avides de journalistes (et par ricoché aux spectateurs) non pas pour parler du film (puisque de toutes façons, dans 95% des cas, le film en question n’est jamais critiqué) mais dans l’optique d’établir une sorte de capital sympathie auprès du public.

Bien que je comprenne pourquoi cette technique fonctionne, même si j’arrive à appréhender la logique qui sous tend ce mécanisme,
je ne peux pas m’empêcher de trouver tout ça injuste car, au final, ce ne sont pas les « meilleurs » films qui vont être vus mais ceux avec les acteurs les plus sympathiques qui se vendent le mieux.

Merde. Si mon pâtissier est bon, je n’ai pas forcement besoin qu’il soit sympa.

Publicités

Série allumée

De toutes façon, Buffy, c’est une série ou une fille en jupette se bat contre des monstres mal fait. Aucun intérêt.

Peut être qu’un jour, j’essayerai de faire un post sur Buffy, une série vraiment sous estimée et détruite par un marketing déplorable en France (ne serait ce qu’au niveau du titre : CONTRE les vampires… personne n’a trouvé plus pourri. Contre. On a l’impression de lire un titre des années 50)

Tous les matins

Je sais que les publicités diffusées à la radio sont réalisées avec des petit budget, la seule dimension sonore laissant à priori moins de place pour travailler le spot, elles se bornent souvent à un petit scénario qui, en substance se résume à : « achetez ça, c’est bien !!!« . En clair, le niveau n’est jamais très élevé.

Pourtant, je crois que je viens de tomber sur la pire pub de tous les temps . Retranscription :

–  » Voisin, vous me prêtez une clé de 12 ?

– Bien sur.

– Et un cruciforme ?

– Évidemment.

– Oh, mais non. Je n’ai pas besoin de vous les emprunter parce que je viens d’acheter cette boite à outil de qualité pour une somme ridicule.

– Moi aussi je la veux.« 

Je vous laisse tirer vos conclusions.

Distances de sécurité

Personnellement, quand j’arrive devant un magasin avant son ouverture, je préfère continuer à marcher ou alors aller attendre un peu plus loin qu’il soit ouvert au public. Ceci dit, je comprends bien que mes comportements avoisinant ceux d’un psychotique ne concernent pas la majorité des gens. Ceci dit, je fais quand même une différence entre attendre devant le magasin et se coller à l’entrée dans une sorte d’aglutinement angoissé. A chaque fois que je j’assiste à ça, je repense à cette scène.

Le bon soir

Hier, devant mon immeuble (ou plutôt, l’immeuble dans lequel je loue une chambre conscient que si c’était mon immeuble, je me contenterais de vivre de mes loyers ailleurs que dans un 35m²) se trouvait garée la fourgonnette d’une entreprise spécialisée dans l’entretien, la réparation et les petites taches affairant à la maison, nommée Dr House.