Drague en communauté

J’ai de la chance, ma petite femme m’a trouvé donc je ne suis plus sur le marché des célibataires (si toutefois je le fut un jour), mais, j’ai tout de même tendance à me demander comment un gars comme moi (entendez timide voir coincé) aurait pu rencontrer quelqu’un maintenant.

Quand on a fini ses études, que notre cercle d’amis est en majorité composé de garçons et que la minorité restante est déjà en couple, que l’on connaît toutes les personne du sexe opposé gravitant de près ou de loin autour de notre milieu professionnel et quand on n’est pas du genre à aborder facilement d’autres êtres humains… bref, quand notre monde social (et sociable) est statique et que l’on est célibataire, comment faire pour ne pas le rester ?

Pour moi, une des meilleures alternatives (sans l’avoir tester), une des réponses à ce couple amputé d’un de ses membres reste internet.

En général, les sites de rencontre regroupent leurs membres en fonction de leur proximité. La nouvelle génération, un poil plus fine, s’est décider a permettre des rencontres virtuelles en fonction d’affinités. Jusqu’ici tout va bien.

Mais c’était sans compter sur l’être humain et son désir de catégories. Sans rentrer dans une explication des pourquoi et comment, je vais vous parler d’un site découvert aujourd’hui : feujworld, un site de rencontre à peine camouflé destiné (comme son nom l’indique) aux juifs. Moi je dis, poussons le concept plus loin : un site de rencontre pour les pauvres, les nantis…

Je devrais arrêter de m’étonner de tout.

Partager l’article !
 
Drague en communauté:

J’ai de la chance, ma petite femme m’a trouvé donc je ne suis plus sur le marché des célibataires (si …

Publicités

Qu’est ce qu’on va faire de toi ?

Si je savais ce que je veux faire, ma vie (professionnelle) serait grandement simplifiée. Je n’ai ni réels désirs ni vraies ambitions de carrière et j’erre dans les méandres de mes indécisions, harcelé par une réalité et les impératifs qui la compose. En clair, je suis un paumé.

Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas un post sur mon absence de toutes idées de reclassement mais plutôt sur mon éblouissement sans cesse renouvelé des sujets de conversations abordables.

Il me semble avoir, au moment des élections, exprimé mon étonnement quant au fait que la majeure partie des gens ont moins de problèmes à afficher leurs désirs sexuels ou leurs idéaux religieux que leurs opinions politiques.

Et bien cette fois ci, je me surprends à constater que la météo n’est pas le seul sujet passe partout et consensuel qui existe : votre avenir professionnel fait, apparemment, parti des thèmes que l’on peut socialement aborder. Voilà plusieurs fois que des gens que je ne connais que très peu et qui ne doivent même pas savoir mon prénom m’expliquent ce que je devrais faire, comment, où chercher en me harcelant de questions pour le moins indiscrètes.

Devant cette évidente mais envahissante bonne volonté, la seule chose que je peux répondre c’est : « bah… je ne sais pas » !

Libérés

Musique écoutée : Far beyond driven de Pantera

Dernier livre lu : Les rêveurs T.3 : Les gorges de cristal de David et Leigh
Eddings

Dernier film vu : Mimic de  Guillermo del toro

Ma soeur met en place un nouveau projet, à mis chemin entre le blog et la démarche artistique. Elle n’est pas la créatrice du concept mais comme je trouve l’idée très bonne je me propose de lui faire un peu de pub (et, peut être, lui ramener quelques participants).

Elle a créé son propre site de Book crossing (toutes les traductions française sont très moches donc je vous en fais grâce) qui va permettre de faire vivre des livres (et rêver des gens ?).
Les participants ou passeurs (elle, vous, moi peut être) ont pour but d’abandonner dans un lieu public un livre qu’ils ont lu et apprécié (en ayant pris soin de noter au minimum l’adresse du site et plus si volonté) en espérant que la personne qui le trouve fasse de même et ainsi de suite.
Évidementil ne faut pas oublier de se connecter au site pour informer des conditions de découverte et de passage et que, ainsi, tout le monde puisse suivre le parcourt du livre.

Une sorte de chaîne culturelle.

Pour de beaucoup plus amples informations allez donc sur : http://lis-et-fais-passer.over-blog.com/

Ah, la vie…

Ça sera triste. Tu ne trouveras jamais la fille de tes rêves. Tu ne sauveras pas le monde. Tu ne connaîtras jamais le véritable amour. Tu ne trouveras pas d’ami digne de ce nom. Tu ne seras jamais satisfait. Il y aura toujours quelque chose qui n’ira pas. L’herbe ne sera pas assez verte. Ou il faudra toujours la tondre. Tes journées seront longues et tout sauf amusantes. Tes nuits seront synonymes de solitude, à peu de chose près. Tu guetteras toujours des jours meilleurs qui jamais n’arriveront. Et tu ne connaîtras certainement pas la paix intérieure.
Il y aura des jours ou tu te laisseras tomber sur les genoux en plaidant ton cas à grand cris devant celui ou celle qui voudra bien t’écouter. Mais la Chose qu’on appelle Dieu ne peut pas t’aider, et elle ne t’aidera pas.
Nous répondrons à tes besoins mais nous resterons sourds à tes désirs. Nous veillerons à ce que toutes exigence de bonheur a long terme venant de toi ne soit jamais exaucée. Si par erreur tu devais éprouver une sensation qui ressemble au bonheur, n’hésite pas à t’en rassasier. Profites-en du mieux que tu peux parce que nous y mettrons vite un terme.

Torturez l’artiste de Joey Goebel.