Fin des ressources

Dans l’inconscient collectif, la culture est envisager de la même manière que les énergies fossiles : elles viennent toutes les deux d’on ne sait trop ou et on dispose de quantité illimité. Ce qui est évidemment faux. On a tendance à oublier que la culture est produit par des hommes et des femmes, on préfère se dire que quand on telecharge on encule des multinationales qui s’en mettent plein les poche, on pense que, de toutes façon, il y aura toujours de livres, des cd ou des dvd. Ce qui est évidemment faux.

A force de tirer sur la corde on va finir par la casser. Et dans cette optique ni l’industrie ni le consommateur ne tentent de changer les choses, restant tousles deux obtus et ne voulant surtout pas se remettre en question. D’un coté, l’industrie de la culture maintient des prix élevés alors qu’en étant moins gourmande elle pourrait rendre son marché plus viable, de l’autre coté, le consommateur s’enferme de plus en plus dans une logique de gratuité qui le pousse même à refuser des offres plus que convenables (aujourd’hui, je parlais à une de mes collègues de boulot d’un coffret 2 CD de son artiste préfère à 12 euros, elle a trouvé ça trop chère, préférant conserver les exemplaires graver).

Au milieu de ce combat imbécile de deux forces inertes, les artistes sont complètement oubliés, pris entre deux feu comme une denrée utilisable à volonté. Dernier exploit en date de l’industrie de la culture : les maisons d’éditions qui veulent appliquer pour les BD les mêmes principes de droit d’auteur sur les supports numériques que sur les support papier. En gros, sans rentré dans les détails, on propose la même rémunération alors que le produit est moins cher, vendu de manière différente et risque de rapporter plus.

Je m’inquiète pour l’avenir de la culture, le marché tue les artistes à petit feu.

Publicités

12 réflexions sur “Fin des ressources

  1. Buster Casey dit :

    Quelle culture de toutes manières ? Le consommateur avale comme une oie tout ce qu’on lui donne sans même plus savoir ce qu’il ingurgite et pourquoi. Quant aux multinationales, ça fait longtemps
    que le terme culture est un gros mot. C’est un combat perdu d’avance, merci d’avoir joué…

  2. L'Anonyme dit :

    je viens d’acheter 2 intégrales de série.

    La moitié de mon salaire est partie, mais bon, c’est noel, j’avais envie de me faire plaisir. J’achete tous mes DVD en magasin, ou sur le net, mais j’achete.

    J’achete aussi ma musique, mais pas tout, je l’admets. Souvent des potes me passent des musiques pour me faire découvrir.

    J’essaie de faire vivre la culture. Mais la culture c’est pas uniquement les dvd/cd. C’est aussi les musées, les livres, etc etc etc

  3. L'Anonyme dit :

    un peu cynique Buster Casey, mais finalement j’suis d’accord 🙂

  4. bbflo dit :

    pas vraiment d’accord avec Buster… il y a du monde qui va à l’opéra, aux spectacles de danse, au théâtre, les festivals sont blindés de jeunes qui viennent écouter des groupes qui ne passent
    pas à la radio, les bibliothèques sont souvent blindées et les journées du patrimoine attirent une foule pas possible. Je pense – peut-être naïvement – que si l’on propose des choses aux gens, un
    certain nombre d’entre eux sont « curieux » de connaître.

    (alors ensuite, peut-être est-ce parce que je suis en Province, qu’il s’y passe moins de choses, et que donc le moindre événement attire les foules ?)

  5. Buster Casey dit :

    Bbflo : je suis d’accord avec toi mais ce n’est pas le sujet. Hephaistos ne parle pas des musées ou des festivals mais de la culture « achetable » qui l’est de moins en moins. A moins du contraire,
    on ne peut pas télécharger des musées ou des bibliothéques (encore que… ça arrive à grand galop et ce seront, avec les libraires, les prochaines victimes !).

    Alors qu’il y ait des tas de jeunes dans les festivals ou les biblio, génial ! Combien achétent des livres ou des CDs par la suite ? C’est un gros mot mais la culture, toute culture qu’elle soit,
    a besoin d’argent à la base pour vivre. Et c’est le sujet de ce post, me semble-t-il 🙂

    Et oui, je suis un peu cynique…

  6. Lola dit :

    2 réflexions à la lecture de ce post

    1. les artistes de + en + rejettent le marché et son formatage (en plus d’arnaquer tout le monde, les « grands groupes » ne veulent que du prédigéré) et s’en affranchissent en particulier grâce à
    Internet… après, en vivront-ils, c’est une autre question

    2. l’expression artistique est un besoin, un cri du coeur, avant d’être un métier rémunérateur… de la même façon que les auteurs de blog écrivent sans rien (ou presque) en tirer, les artistes
    produisent des oeuvres, parce que c’est en eux et que ça a besoin de sortir… il y a toujours eu des productions artistiques, alors que très rarement les artistes en ont été rémunénés (à part
    ceux qui tombaient sur des mécènes…) – ce qu’on a connu risque changer, mais je ne pense pas que la création disparaisse

  7. Papillote dit :

    la culture est trop chère : 25 euros pour un CD  avec 3 chansons potables, 25 pour un DVD qu’on va voir une ou deux fois… je n’achète pas de livres, je me ruinerais. 35 euros pour le
    dernier Bret Easton Ellis alors que je peux le louer à la biblio, hors de question !  par contre j’ai un abonnement à canal + et une carte de ciné à 20 euros par mois, mais c’est tout.
    j’achète les livres essentiellement en poche, à 7 euros. Les cd quand ils sont en promo, sinon jamais ! lesséries, je regarde celles qui passent à la télé, c’est déjà bien assez sufisant

  8. Papillote dit :

    oui, j’exagère toujours. ça dépend des groupes, à part les « valeurs sûres » qui font toujours des bonnes chansons, je trouve qu’il y en a souvent que trois chansons  intéressantes par CD

  9. Papillote dit :

    oui je sais que tu es fan de métal, comme Choupinounet. Il achète aussi ses Cd et les écoute en entier; Du coup je les écoute aussi et les apprécie

  10. Julhya dit :

    Rhaaa… Vaste et difficile sujet… Je ne suis pas une bonne consomatrice, j’avoue : je n’achète que peu de CD, j’utilise beaucoup des sites comme Deezer pour écouter de la musique ; j’emprunte
    les DVD que je regarde, c’est assez rare que j’en achète (et j’avoue là encore, ils ne sont pas tous originaux) ; pour les bouquins, par contre, j’aime les avoir rien qu’à moi. J’en emprunte mais
    c’est rare, en générale, je les achète. Neufs de préférence.

     

    En revanche, je suis d’accord que le téléchargement illégal, pour les petits groupes, les tous petits réals, c’est pas tip top, sauf peut-être pour se faire connaître un peu. Mais je ne suis pas
    assez renseignée sur ce sujet pour vraiment en débattre !

  11. Julhya dit :

    Ça ne métonne pas plus que ça, en fait. Pour beaucoup, être comédien n’est toujours pas un vrai métier, être musicien c’est se la couler douce et ramasser plein de thunes en faisant des
    « ouhouhouuuu » dans un micro… Alors qu’en vrai, on est d’accord, il y a un sacré boulot derrière !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s