Vroum vroum pouet pouet (titre agréé par BusterCasey)

C’est Bustercasey qui a lancé l’idée et comme, premièrement, c’est un fait plutôt rare de sa part et que, deuxièmement, il s’est bien souvent plié à mes lubies, je vais essayer de le suivre sur son terrain. Ceci dit, autant être honnête, les courses poursuite au cinéma, ce n’est pas vraiment mon thème de prédilection. A vrai dire, c’est même le genre de scènes qui ont le don de m’ennuyer (un peu comme les fusillade trop longues et trop prévisibles ou les films de Schnabel) et si d’habitude, la difficulté d’un top 5 réside dans le fait de devoir restreindre ses choix, dans le cas présent, mon gros problème fut d’arriver à 5. Voila donc le classement approximatif d’un non expert en courses poursuite.

1 – Star wars épisode 5 – l’empire contre attaque de Irvin Kershner (RIP) : Certains pourraient opposer que celle de l’épisode 4 (à la surface de l’étoile de la mort) est plus marquante, celle du 6 dans les bois de la lune forestière d’Endor sur les 74-Z (sorte de motos volantes) est plus rapide ou que celles de la nouvelle trilogie sont bien meilleures au niveau des effets spéciaux mais ma préférence va à cette scène du deuxième volet de la trilogie d’origine dans laquelle le faucon millenium est poursuivit par des croiseurs impériaux et des chasseurs. Tout d’abord, quoi de plus SF que des vaisseaux spatiaux dans un champ d’astéroïdes ? Rien. Et pour cette unique raison, cette scène devient la plus trippante de toute la saga (qui plus est totalement lisible avec des effets spéciaux encore parfaits plus de 20 ans après leur conception). Ensuite, Harrison Ford dans un des ses meilleurs rôles arrive, à base de cynisme et de desinvolture (et en étant bien entouré), à instiller de l’humour dans cette scène sans qu’elle ne perde pour autant sa tension dramatique ni sa perspective d’action. Un must.

2 – Akira de Katsuhiro Otomo: Dessin animé culte de la japanime des années 90 ayant désormais atteint le statut d’oeuvre culte cette version cinéma (même si elle ne vaut pas le mangas papier) reste une énorme claque à l’image de son introduction : deux bandes de motards s’affrontent dans un Tokyo post apocalypse. Outre le fait que cette scène soit magnifiquement réalisée et soulignée par un musique parfaitement choisi, elle permet de planter non seulement les personnages mais aussi les lignes directrices à la base de l’histoire (amitié, dominations, humiliation et une pointe d’humour…). Le tout en  moins de 5 minutes et à coup de barres en fer.
Dantesque.

3 – Las vegas parano de Terry Gilliam : Au niveau de l’image, cette scène ne possède pas de caractéristiques particulières : correctement réalisé, une voiture lambda poursuivie par celle d’un flic aux abord de las vegas, des pneus qui crissent et des demis tour au frein à main. C’est quand on rajoute la voix off (omniprésente durant tout cet homérique voyage au coeur des produits psychotropes qu’est ce film) que cette scène prend toute son ampleur, magistralement interprétée par un Johnny Depp au top de son art : « Peu de gens appréhendent l’approche psychologique exigée pour le flic d’autoroute. Le chauffard de base va paniquer et se ranger illico sur le bas côté, grossière erreur… Ca déclenche le mépris dans le coeur du flic. Faites vous pourchasser par cet enfoiré, il vous suivra, mais il sera dérouté par votre clignotant signalant votre intention de prendre à droite, c’est pour lui faire savoir que vous vous rangez dans un endroit correct, pour mieux dialoguer, ça lui prendra un moment pour s’apercevoir qu’il va faire un demi-tour complet à pleine vitesse… Mais vous, vous serez paré, prêt à la puissance de l’accélération, prêt à jouer du pédalier…« . Tout ça sans chaussure de golf.

4- Retour vers le future 1, 2 et 3 de Roberts Zemeckis : Marty McFly (à pied) poursuivi par Biff Tannen et sa bande (en voiture) et inventant le skateboard au passage. Scène culte de l’histoire du cinéma. Pourtant, c’est grâce à sa mise en abime que cette scène devient vraiment exceptionnelle : Marty vivant cette même courses poursuite dans chacun des épisodes mais à différentes époques (en 1955 dans le premier film, dans le future pour le deuxième et façon western pour le troisième). Un 4 doit voit le jour, on pari sur l’époque ?

5 – Y-a-t-il un flic pour sauver la reine ? de Jim Abrahams, David et Jerry Zucker : Ou comment parodier le classique « suivez cette voiture » en faisant rentrer le policier dans une voiture d’auto école conduite par une timide jeune fille et un moniteur neurasthénique : « Là je ferme les yeux mais en temps normal il ne faudrait pas rouler a 125 dans le mauvais sens d’une rue à sens unique » ou « Là Stéphanie, sans hâte vous tendez la main. Tendez votre majeur vers le haut« . ZAZ’s rules !

Outre les 5 films cités qui sont une sorte de détournement du sujet initialement proposé (Dessin animé, Science Fiction, Comédie) il me faut citer deux oeuvres comportant une scène de ce genre qui apporte un plus au film à savoir Jeppers Creepers de Victor Salva et l’oppressante poursuite d’une voiture par une camionnette ressemblant plus à la traque d’un prédateur sur des victimes impuissante et Indiana Jones 4 de Steven Spielberg dans lequel la course poursuite dans la foret reste une leçon ou le maître montre comment filmer l’action sans avoir besoin de bouger sa caméra partout pour « faire croire ».

Publicités

9 réflexions sur “Vroum vroum pouet pouet (titre agréé par BusterCasey)

  1. bbflo dit :

    oh purée c’est dur, ça, les courses poursuites

    Moi il me vient à l’esprit

    – le film Duel où tout le long du film le type conduit un camion et est poursuivi par une bagnole – c’est hyper flippant

    – celle des Blues Brothers (300 bagnoles de flics utilisées pour le tournage)

  2. Buster Casey dit :

    Un détournement habile et original du top proposé mais néanmoins respectueux de l’idée de base. Je valide sans broncher tes choix !

    Par contre, je te conseille une relecture de ton article, y’a deux-trois trucs qui trainent au milieu… 🙂

  3. Buster Casey dit :

    Et je me permettrai juste de souligner au premier commentaire que dans Duel, c’est le camion qui poursuit la bagnole et pasa l’inverse (une erreur d’inattention lors de la redaction, j’en suis
    sûr 🙂

  4. Buster Casey dit :

    T’as oublié « de » à la phrase « à base cynisme et de désinvolture ».

    J’aurai écrit « émotionnelles » à la phrase « les lignes directrices et émotions à la base de l’histoire ». Je comprends ce que tu veux dire et écrire mais « émotions », comme ça, ça tranche trop.

    Et ton article n’a pas de titre. Si oui, Cp ????

  5. bbflo dit :

    ah oui, mince, c’est vrai, c’est le camion qui est flippant dans Duel !

  6. Lizly dit :

    Joli ! Je continue de pas m’y coller, j’y arriverais pas…

  7. Buster Casey dit :

    Ah ben vroum vroum pouet pouet, j’aurai bien aimé 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s