Plus fort, de secondes en secondes.

Quel est le con qui a dit : « ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort« .

Oui, je sais, c’est toujours Nietzsche, et j’en ai parlé la semaine dernière. D’ailleurs, ce poste a suscité pas mal de réactions (IRL et non dans les commentaires, malheureusement) et, par conséquent, j’ai dû pas mal argumenter et beaucoup discuter.

Au cour de ces séances de rhétorique (totalement inutiles, j’en conviens), une autre idée concernant cette phrase a éclos : on passe notre vie a ne pas mourir donc rien ne nous tue ou plutôt  TOUT ne nous tue pas puisque chaque minute de vie est un triomphe sur la mort.

Si on entend la phrase dans sont acceptation première, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort donc tout nous rends plus fort, se lever, respirer, larver au fond de son lit et même la plus grosse et longue des routines. Et la, franchement, j’ai des doutes.

Publicités

2 réflexions sur “Plus fort, de secondes en secondes.

  1. Buster Casey dit :

    Dis donc, ça réfléchit dur sur ce blog…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s