Les scénaristes aussi

Quand je parle de mon aversions pour les poupons (j’avais déjà expliqué sur ce blog comment la  proximité contrainte avec des bébés en plastique pousse à apprécier les brocolis), on a tendance à me trouver bizarre. « C’est étrange d’avoir peur des poupons quand même. Ta soeur n’en avait pas ?« . Alors, premièrement je n’ai pas peur des poupons, simplement, je ne les aime pas, et, deuxièmement, ma soeur n’a jamais possédé de poupons ni de poupées car elle aussi, sans que je n’y soit pour rien, a toujours détesté ça et donnait ceux que les tordus lui offrait aux autres enfants (désolé pour eux).

Jusque la cependant, je trouvais cet étonnement plutôt normal. « Après tout, me disais-je, la haine des poupons ne doit pas être particulièrement rependue » jusqu’à ce que je constate que dans les films et les séries, quand les policiers débarquent chez un psychopathe, quand le réalisateur veut induireun malaise visuel, quand on tente de créer une ambiance malsaine et glauque, on ne se sert pas de peluches mais de poupons (voir d’animaux empaillés) ce qui sous entend que le public comprendra le message que le film cherche à faire passer. Cet élément tend d’ailleurs à confirmer ma théorie de base : le dégoût des poupons est une aptitudeinnée et nous forcer à jouer avec ces horreurs traumatise notre être au plus profond de nos valeurs.

Publicités

5 réflexions sur “Les scénaristes aussi

  1. dit :

    Je vois ce que tu veux dire, mais je tente une contre-théorie : es-tu sûr que le message que veulent faire passer les réalisateurs tient bien dans l’objet poupon et pas seulement dans la façon
    dont il est appréhendé ? Ce climat d’angoisse que tu attribues aux poupons, à mon avis, il ne résulte pas du poupon, mais de la façon dont il est filmé (musiques, lumières, gros plans, zooms…)
    A mon avis, tu prends un Playmobil et tu le traites de la même façon, le résultat est le même. Le résultat serait le même avec n’importe quel objet, en fait.

    Et d’ailleurs, je suis sûre que je (enfin, tu) peux trouver 10plusieurs exemples de scènes de films où les poupons sont abordés de façon totalement inoffensive et même plaisante. Si si, je
    t’assure 🙂

  2. bbflo dit :

    des fois tu as des pensées bizarres et ça m’éclate

  3. Lizly dit :

    Comme quoi, on pourra nous traiter de plein de choses mais pas de tueurs psychopathes.

  4. Papillote dit :

    et dans shrek 3, un des méchants est un poupon ! je les déteste aussi, ils me répugnaient quand j’étais petite, et j’en ai abandonné un dans ma cave !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s