Paranormal Activity de Oren Peli

paranormal-activityCe week end, j’ai enfin vu le phénomène paranormal activity. Effectivement, impossible d’éviter la comparaison avec son ainé (Le projet Blair Witch) tant le parti pris de réalisation lui est emprunté. Autant vous prévenir, je n’avais pas aimé Blair Witch. Certes, le principe de réalisation était novateur mais, un peu comme la 3D, ce n’est pas parce qu’une idée visuelle fonctionne qu’il faut que tout le film repose dessus or, cette histoire d’étudiants qui pétent les plombs pour rien dans une forêt tenant plus du bosquet que d’un lieu dans lequel on est susceptible de se perdre m’a laissé froid. Pourtant, je ne critique pas le principe en lui-même puisque appliqué à un vrai scenario avec des personnages construits et crédibles, comme dans REC (ou Diary of the dead dans une moindre mesure) par exemple, il peut devenir particulièrement tripale (et trippant).

C’est donc avec de bonnes intentions que j’ai loué paranormal activity, auréolé, avant même sa sortie cinéma, du statut de film culte… et franchement, je ne comprends pas pourquoi tant ce film inégal passe de l’inintéressant au carrément chiant.

Le scenario bancal qui reste ultra conventionnel (une jeune fille pense être possédé depuis l’âge de 8 ans et, sans qu’on ne comprenne vraiment pourquoi, des années plus tard cette situation lui pose problème ce qui amène son copain à filmer leur nuit pour obtenir des preuves visuelles du poltergeist) et peu approfondi (on ne saura jamais pourquoi cela arrive à cette fille en particulier, pourquoi le démon monte les escalier à pied et laisse des traces de pas dans de la farine qu’il aurait largement pu éviter. On comprend bien que c’est pour banaliser le phénomène et ainsi le rendre plus terrifiant, mais ça ne marche pas) s’appuis sur des personnages mal interprétés (le jeu des acteurs n’est déjà pas brillant mais la VF entérine encore plus cette impression) absolument pas crédible (cette fille pas plus terrorisé que ça et ce mec qui croit rapidement à la possession mais continu d’agir comme un con) et n’arrive à aucun moment à être transcendé par une réalisation plate et mal dosée (aucune monté dans la peur, la piteuse angoisse distillé par le huis clos de la chambre à coucher se trouve immédiatement contre balancé par des scènes de discutions, tournées en plein jour, dont on ne comprend pas l’utilité, si ce n’est de rajouter des minutes au métrage, puisque non seulement elles sortent le spectateur de la navrante tentative d’ambiance oppressante mais en plus elles mettent en exergue le coté imbécile et peu authentique des personnages (franchement, si vous étiez persuadé de votre possession, que le phénomène s’intensifie de plus en plus, est ce que vous resteriez mollement chez vous en attendant que le démonologue rentre de vacance ?).

Pour couronner le tout, le partie pris à la base de la réalisation est très mal utilisé tellement il est peu plausible : pourquoi, dans le feu de l’action, au moment ou l’on entend du bruit ou celui ou l’on croit avoir perdu sa copine, s’encombrer d’une camera ? Pourquoi filmer des discutions banales en plein jour ? Autant, le plan fixe dans la chambre est scenaristiquement justifiable, autant les autres parties du film n’ont pas de raison d’être dans la réalité.

Certains d’entre vous pourraient me dire : « mais le cinéma n’est pas sensé rendre compte de la réalité ». Je leur répondrais que, premièrement, je parlais ici d’une réalité par rapport à un scenario et une certaine logique dans l’action et que, deuxièmes, dans ce genre de cinéma qui se veut immersif, l’aspect réel prend une énorme part. Car c’est la le plus gros échec du film. C’est sur que tous les éléments que je viens d’exposer ne plaident pas en sa faveur mais, en plus, on sent clairement la volonté de donné un aspect réaliste à cette histoire qui échoue lamentablement car il ne suffit pas de filmer un synopsis mal dégrossi camera à l’épaule pour donné une apparence véridique sans se soucier des « détails » et, malgré l’énorme buzz (qui l’a certainement desservit puisqu’il pousse à s’attendre à un événement) ce film ne peut être intéressant (et encore) que si c’est votre premier avec des esprits. Sinon, autant se diriger vers d’autres, meilleurs à tous les niveau et moins rempli de clichés.

Publicités

4 réflexions sur “Paranormal Activity de Oren Peli

  1. C dit :

    waouh ! Enorme ! J’adore cette critique !!!!

    Comme ça balance !

    Pourquoi les critiques professionnels n’écrivent pas comme ça ?

  2. papillote dit :

    Dans la salle de ciné où j’étais, tout le monde semblait s’ennuyer aussi et certains rigolaient même parfois…

  3. Buster Casey dit :

    ‘Tââ comme tu l’as casséééé, le film là !!! Vazy, popopo !!

    Mais quels sont ces autres films bien meilleurs ? Ah oui, c’est bien beau d’en parler, faut les citer aussi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s