H2G2, le guide du voyageur galactique de Garth Jennings

Chronique de réhabilitation n°2

h2g2Il existe des films qui peinent à trouver leur public (pour des tas de raisons les deux plus fréquentes étant le nombre peut élevé de copie (et donc de salles) et/ou une campagne marketing mauvaise voire déplorable) et c’est tout à fait le cas de H2G2. En même temps, c’est le genre d’œuvre pour laquelle il est difficile de définir clairement en public tant elle se situe au carrefour de nombreux genres sans pour autant ne prendre la forme d’aucuns. Par voie de conséquence, ce film pourrait potentiellement intéresser tout le monde sans pour autant viser un public en particulier.

Adapté de la série de livres complètement barrée de Douglas Adam, le guide du voyageur galactique est ce qu’on pourrait qualifier de film de science fiction loufoque. Il commence par la destruction de la terre (planète se trouvant sur le tracé d’une route interstellaire et dont l’avis démolition est affiché depuis un petit bout de temps dans des bureaux à des milliers d’années lumières) dont le seul survivant, Arthur Dent, un terrien en pyjama sauvé grâce à de l’autostop spatial, se trouve embarqué dans de truculentes (je m’était juré qu’un jour j’utiliserais ce mot) aventures apprenant au fur et à mesure ce qu’il doit savoir via le fameux guide, livre le plus vendu de l’univers garce à son prix un peu moins élevé que celui de son concurrent direct mais surtout à l’inscription DON’T PANIC dont s’orne la couverture.

Voici un film à visionner au moins deux fois pour en intégrer toutes les subtilités (humoristiques, esthétiques, scénaristiques). Il est certain que le ton décalé risque de déplaire massivement même si une bonne partie de la qualité du film réside dans ce choix. C’est un peu comme si Pratchett avait réalisé un film de SF.

Etrangement, pour un projet de cette envergure les effets spéciaux sont réussis (alors qu’on aurait été en droit de s’attendre à quelque chose de plus cheap), on pourrait même dire que le parti pris artistique dans ce domaine est vraiment bon, les designs des différents mondes/aliens/vaisseaux/etc se révélant originaux.

Le scénario, s’il est un brin classique dans sa trame, reste tout de même cocasse dans son développement sans pour autant devenir lourdingue ou improbable ce qui donne à l’ensemble une cohésion qui fait penser à un dérapage contrôlé plutôt qu’a une bouffonnerie mal pensée.

L’humour inhérent au film n’est en aucuns cas une entrave à l’histoire ni aux personnages (tous plutôt bien travaillés). On regarde bien un film de SF décalé comprenant des éléments de comédie et non dans un film comique, une nuance pour le moins importante.

La réalisation est à la hauteur des ambitions scénaristiques et esthétiques : claire et dynamique, exploitant au maximum le budget sans qu’on le perçoive vraiment à l’écran.

On sent que l’univers mis en place devant nos yeux est riche et complexe. D’ailleurs, on pourrait reprocher au film de ne pas suffisamment exploiter le foisonnement d’idée que l’on devine et c’est la une des seule critique vraiment objective que l’on peut adresser à cette œuvre : l’aventure du héros n’est pas si bluffante que ça compte tenu des possibilités infinies promises par le scénario. Du coup, on reste un peu sur notre faim (fin ?), un peu comme si on avait assisté à une bonne introduction qui donne vraiment envi de voir une suite (et apparemment, je ne suis pas le seul à avoir ressenti ça).

Pour autant, il serrait dommage de ne pas découvrir la cavale d’Arthur Dent accompagné du président de l’univers autokidnappé, d’un robot dépressif, d’un ami E.T. autostoppeur et de son âme sœur, seule autre humaine ayant survécu à la destruction de notre planète ainsi que la (excellente) voix off omniprésente du fameux guide, poursuivit par des fonctionnaires très à cheval sur le protocole mais à l’âme ravagé par la poésie. Tout un programme.

Publicités

2 réflexions sur “H2G2, le guide du voyageur galactique de Garth Jennings

  1. Luna dit :

    J’ai eu une très bonne surprise en découvrant ce premier tome de H2G2 : au début on ne comprend rien et ça va très vite, mais on se prend rapidement au jeu et alors, ce n’est que plaisir !

    Bon, après coup, je ne sais pas trop que dire sur ce livre, mais je l’ai beaucoup apprécié et j’ai beaucoup rit !

    Il a cette petite saveur particulière que peu de lire ont et c’est ça qui fait la différence !

     

    Si ça t’intéresse, je viens de publier mon avis sur mon blog…

    Joli article, je reviendrais 😉

    Bonne continuation !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s