Les portes de la mort de Margaret Weis et Tracy Hickman

les_portes_de_la_mort_1Quand on essai de parler d’Heroic fantasy à des non-fans, on se retrouve souvent dans une situation gênante car, pour résumer l’histoire, on est obligé d’utiliser des mots classiques de l’univers fantasy (maléfique, royaume, conquête…) qui prennent une connotation grotesque une fois hors contexte et qui nous font invariablement passer pour un ado attardé plongé dans une littérature débilitante.

Pourtant, je l’affirme haut et fort : « la fantasy est un genre riche et intelligent » et si une série confirme cette affirmation c’est bien les portes de la mort.

Suite à l’affrontement de deux clans de demi-dieux, le monde se trouve bouleversé : les Sartans, à la suite de leur victoire divisèrent la planète en quatre mondes (un par élément) et jetèrent leurs adversaires, les Patryns, dans un labyrinthe « intelligent », sensé les rééduquer. Puis il disparurent à leur tour. Les races survivante (la triade classique : humains/elfes/nains) peuplèrent ces différents mondes, oubliant peu à peu leur origine.

Ne vous laissez pas abuser par ce résumé. C’est sur que parler de fantasy à des non-amateurs, c’est un peu comme parler de film 3D à un aveugle : l’intention est louable mais il y a peu de chance pour que ça aboutisse à quelque chose. Malgré tout, je m’accroche car cette série vaut vraiment la peine d’être découverte (d’ailleurs, si je ne devait conseiller qu’un seul ouvrage sur tout ce que j’ai lu dans ma vie jusqu’à présent, ce serai certainement les portes de la mort, c’est dire l’importance que j’attache à ces livres).

Commençons par les point faibles : le premier volume est inégal (il suit deux histoires en parallèle et l’une réellement passionnante, l’autre un peu lente et ennuyeuse) et le second volume, sans être mauvais, est un peu en dessous du lot.

Maintenant ces deux défauts énoncés il ne me reste plus qu’a vous expliquer en quoi les 7 volumes des portes de la mort reste un immense un chef d’œuvre.

Tout d’abord, ces livres dépassent le cadre strict de la fantasy, le manichéisme en est totalement absent, les personnages, profonds et intelligemment défini, réagissent à des situations en fonction d’un vécu et évoluent au fils de l’histoire, le squelette du roman tiens la route (crédibilité des différents mondes ainsi que des rapports sociopolitiques, géographiques, culturels, raciaux… D’ailleurs les 30 pages d’annexes prouvent à quel point chaque détail est pensé ce qui inscrit d’emblée l’histoire dans un contexte et non dans un univers construit à la va vite) et surtout la trame scénaristique est très bonne et même haletante.

L’écriture est à la hauteur des ambitions affichées et permet de passer du drame à la tragédie (amour impossible, vengeance, prise de pouvoir) au suspense (finalement, l’histoire se déroule un peu comme une enquête à un niveau planétaire et les mystères enveloppant les personnages et les situations disparaîtront au fur et à mesure de l’avancement de l’intrigue) en passant par le glauque, l’émouvant, l’humour (notamment grâce à un personnage typique chez ces auteurs, un mage un peu gâteux, distrait et maladroit) et même introspectif (surtout par le biais des tous ces personnages ultra travaillés).

Sincèrement, pour peu qu’on ne soit pas trop allergique au genre, c’est une lecture à tenter (voir indispensable mais cet avis n’engage que moi). Et, comme il faut que vous soyez convaincu, je me permet de vous aiguiller vers une chronique bien meilleur que la mienne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s