FW : Bons spams de Russie

On voit tous ce genre de pub sur internet : dans nos boite mail, sur les sites qu’on visite, dans la colonne facebook de droite, en fenêtre pop-up… Toi aussi viens rencontrer la célibataire (à-gros-seins-habillée-sexy-digne-d’un-film-porno) en cliquant ici. Pratiquement personne ne le fait (du moins, j’ose espérer) mais vous ne vous êtes jamais demandé ce qui se passerait si vous répondiez ?

Sur Sexe, love and gaudriole, ils ont la réponse (grâce à un journal espagnol) restitué ici dans son intégralité :

« Bonjour ! Je suis contente de pouvoir t’écrire. Je m’appelle Natty, j’ai 28 ans. Je suis une jeune fille douce, gentille, aimable et tendre et je cherche un homme gentil 🙂 Mes amis parlent que je suis joyeuse et sociable et je suis toujours contente de communiquer. Je voudrais te connaître, écris-moi s’il te plaît, seulement à mon adresse perso : xxx@yahoo.com si toi aussi tu es intéressé par moi. J’attends réponse avec impatience. Cordialement, Natty. »
C’est le type de spam qu’on reçoit tous les jours, directement dans le courrier indésirable. J’ai toujours été curieux de savoir qui se cachait derrière ces jolis mails d’amour et quelle mafia pouvait être assez patiente pour envoyer des milliers de courriers inutiles tous les jours en espérant que quelqu’un tombera dans le panneau. Y a plus simple, quand même, pour arnaquer des gens.


Une journaliste d’El País a en tout cas eu la même curiosité que moi et a décidé de répondre.
S’ensuit
un article très intéressant (en espagnol) sur la correspondance échangée entre la journaliste Carmen Pérez-Lanzac, qui se fait passer pour Paco, et les escrocs, qui se font passer pour Natalya, la supposée jeune fille en photo. La correspondance n’est donc qu’une mise en scène révélant très vite qui est le plus malin des deux. Natty se montre au début très romantique, malgré les fautes d’orthographe : elle vit à Kirov, elle adore la cuisine russe et elle cherche l’amour. Paco se présente également, attendant quelques jours, mais bizarrement, Natalya répond toujours très rapidement. Ses mails fourmillent de détails peu intéressants sur sa vie alors qu’elle ne répond pas aux questions de Paco et dit ne pas avoir de téléphone. Par contre, ses courriels sont de plus en plus enflammés : « J’ai trouvé l’amour de ma vie : toi, Paco ! J’ai déjà dit à la tante que toi la bonne personne. » Sa passion brûlante ne peut être vécue que par un seul moyen : il faut qu’elle vienne en Espagne. « Je veux m’asseoir chez toi et boire du vin rouge avec toi, Paco, et après je m’occuperai de tes lèvres. »

Arrivent alors les négociations : Natalya demande 1115 euros pour venir. 800 euros pour le billet d’avion, le reste pour le visa et les formalités, le tout envoyé par Western Union. Paco a beau lui écrire qu’il trouve des billets à 300 euros pour Moscou sur Internet, elle lui répond ne pas avoir confiance et préfère traiter avec une agence qu’elle connaît. Le voyage est retardé et son prix augmente à 900 euros. Paco finit par lui avouer qu’il vit chez ses parents (normal, en Espagne) et que sa mère veut que Natalya dorme dans le salon, avec les chats. « Paco, je ne cherche pas richesses ni grande chambre. Je n’ai pas de problème à dormir sur le sofa, je peux aussi dormir sur le sol. »

Mais Paco retarde toujours l’envoi de l’argent et Natalya finit par s’énerver. La correspondance dégénère, la jolie Russe s’excuse platement tandis que Paco prend une décision : il ira en Russie. Elle a beau lui répondre que la vie à Moscou est chère, que les Russes maltraitent les étrangers, trop tard. Paco est déjà dans l’avion et finit par visiter Moscou avec une hôtesse de l’air rencontrée à bord. Lorsqu’il lui demande de la voir, Natalya répond : « Bonjour mon amour ! Comment vas-tu, mon beau ? J’ai appelé agence de voyages de Moscou pour savoir si vraiment tu es arrivé à Moscou… Ils m’ont informé que le Paco n’est pas arrivé ce mois-ci. Pourquoi tu me déçois ??? Cher Paco, que t’ai-je fait de mal ? Je ne comprends pas ton comportement ! Plein d’amour.
Natalya. » Une semaine après, pas de réponse de Paco, Natalya conclut : « POURQUOI TU AS JOUÉ AVEC MOI ? QU’EST-CE QUE JE T’AI FAIT DE MAL ? EST-CE QUE TU BRISES LE COEUR DE TOUTES LES FILLES COMME
ÇA ? »

On ne sera pas triste pour la Natalya qui n’a jamais existé. Ce qui est drôle, par contre, c’est que ce genre d’arnaques existent depuis des siècles, comme la Lettre de Jérusalem pendant la Révolution française. Au XVIe siècle, il y avait même l’escroquerie de « la prisonnière espagnole » (tiens !), utilisée pour dépouiller les seigneurs de France : « Une princesse espagnole très riche et très belle est détenue par les Turcs, envoyez telle somme d’argent pour la libérer et elle viendra vous épouser. » Les temps changent, mais pas les arnaqueurs, on dirait.

Publicités

2 réflexions sur “FW : Bons spams de Russie

  1. Thé Citron dit :

    Fric, fric, fric et fric!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s