Viol et célébrité

Je ne vais pas rentrer dans un débat stérile: est-ce-que Roman Polanski est un violeur d’enfant ? A-t-il détourné une mineure ? Etait-elle consentante ? Une jeune fille de treize ans, même consentante, est-elle apte à prendre des décisions?

Si vous voulez mon avis, je pense que oui, une gamine de 13 ans (déjà sexuellement active) peut effectuer un choix (même si ce n’est pas le meilleur pour elle. Souvenez vous de ce que vous faisiez et pensiez à cet âge là). En plus, apparemment, cette histoire ne lui a pas laissé de séquelles puisque la jeune fille a non seulement publiquement pardonné au cinéaste mais elle a aussi demandé officiellement aux autorités américaines de cesser les poursuites à son encontre. Ceci n’est que mon point de vu.

A ce sujet, j’ai trouvé une lettre, dans le courrier des lecteurs de telerama (rubrique qui correspond à des articles de fonds dans les autres magasine télé, presse intellectuelle oblige), vraiment pertinente.

Abandon

Ne pas soutenir Polanski est un acte d’abandon, de reniement et même de lâcheté. Sauf à avoir milité depuis trente ans pour son expulsion vers les États-unis, à avoir signé des pétitions pour l’interdiction de Tess ou du pianiste, sauf à avoir sifflé à chacune de ses apparitions au festival de Cannes, et particulièrement lorsqu’il était président du jury et lorsqu’il recevait sa palme d’or, sauf à l’avoir conspué lorsque Harrison Ford lui remettait à Deauville son oscar du meilleur réalisateur, nous somme tous les protecteurs passifs d’un des plus grand cinéastes. Le lynchage de ceux qui se sont tus pendant trente ans et se réjouissent aujourd’hui que la justice américaine « fasse son travail » est tout simplement écoeurant. La moral voudrait qu’on continue à le soutenir ou, au moins, par décence, qu’on continue à se taire.

Pas mieux… si ce n’est un brillant complément de mon ami Bustercasey.

Publicités

2 réflexions sur “Viol et célébrité

  1. De passage dit :

    Je ne vous rejoins pas sur le début de votre analyse. Cela me rappelle le « lancé de nains » qui était interdit en France pour atteinte à la dignité. Pourtant, les nains étaient « contents » d’être
    lancés, au vu des sensations que cela leurs procuraient, et surtout au vu du poignon que cela leurs procuraient. Pour autant, et c’est l’un des fondements de notre système juridique, le droit
    vous protège des autres, mais également de vous-même. C’est ce qui avait motivé l’interdiction du lancé de nains en France.

    De là à dire que cela a entraîné la naissance du Front de libération des nains de jardin, il y a un pas que je ne franchirai pas ! 🙂

    Sur la contestation des poursuites par le juge américain, je n’entrerai pas dans la polémique, trop peur que vous me banissiez de votre blog que je lis avec beaucoup d’intérêt 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s