Afficher son inculture

Anathème : J’admire la vivacité tudesque de ton intelligence. Sincèrement, je ne pensais pas que ma soeur ferait conquête d’un esprit si lumineux !
Jojo l’asticot : Merci beaucoup !
Jojo l’asticot : (Tu sais, t’es pas obligé de chercher à chaque fois des phrases bizarres pour faire un compliment… Sois simple, bordel ! Je ne vois pas à quoi ça sert d’utiliser toujours des tournures et des mots bizarres…)
Anathème : Tu n’as pas idée des plaisirs que permet de goûter une affectation de recherche dans l’expression !
Jojo l’asticot : C’est le moins qu’on peut dire xD
Anathème : Tiens, je vais te donner un exemple :
Anathème : Récemment, je suis convoqué par ma supérieure qui, mécontente de l’immoralité relative d’une de mes dernières initiatives, souhaitait m’accabler, comme c’est d’usage, d’un pénible sermon. Le prêche achevé, elle s’enquiert de mon sentiment, évalue ma bonne réceptivité. Je lui réponds : « Je vous avoue que je n’avais pas vu alors la chose sous cet angle. Vraiment, il y a,
dans votre manière de voir, une lucidité, une finesse, un tour d’esprit, un je ne sais quoi de stercoraire enfin qui n’appartiennent qu’à vous, et il faudrait que je fusse bien borné dans mes opinions pour ne pas donner tout leur prix à vos remarques. »
Anathème : Ce sur quoi elle se montre très contente de ma réponse, flattée de me voir reconnaître si facilement mes torts et ses raisons.
Jojo l’asticot : Ouais, en gros, bien parler ça te sert à faire de la lèche élégamment et ici à flatter l’égo de tes supérieurs pour te sortir des situations périlleuses. Je trouve ça d’un intérêt un peu limite quand même.
Anathème : Tu n’y es pas tout à fait. Tu es tombé dans le même piège qu’elle !
Jojo l’asticot : Comment ça ? o_O
Anathème : En réalité, ce que je lui ai dit est simple et se comprendrait facilement si le qualificatif « stercoraire » ne se trouvait planté en plein milieu de la phrase ; c’est pourtant autour de lui que s’articule le sens de mon propos. Or, cet adjectif que ni elle ni toi n’avez compris signifie quelque chose comme « c’est de la merde ». Seulement, la tournure de l’ensemble, joint à l’orgueil, qui refuse de laisser percer l’ignorance et préfère deviner que chercher ou demander, lui ont fait croire que je lui adressais une réponse flatteuse. Pour résumer : je faute, on me sermonne bêtement, ce n’est pas de mon goût, je le dis, on m’en remercie et me quitte plus content de moi que jamais.
Anathème : Alors, tu vois !
Jojo l’asticot : !!!
Jojo l’asticot : Ha ha ! t’es un p’tit con en fait !
Anathème : Connais-tu beaucoup de gens capable de faire payer leurs insultes par des remerciements ? En tout cas, je peux te l’assurer : ça défoule de jeter ce genre de chose à la face de son supérieur, quand bien même on en est pas compris ! D’ailleurs, ce n’est possible qu’à cette condition le plus souvent.
Jojo l’asticot : C’est fourbe, mais c’est vrai que ça doit faire du bien !
Jojo l’asticot : Chapeau mec !
Jojo l’asticot : …
Jojo l’asticot : Dis voir, tu me mets un doute du coup…
Jojo l’asticot : Tu voulais dire quoi tout à l’heure, avec la « vivacité tudesque » de mon intelligence ???
Anathème : Que je te trouve super lourd, même pour le copain de ma soeur…

Ce long quote extrait de dans ton chat m’a rappelé une expérience intéressante dont je fus l’une des « victimes » (parmi d’autres) lors de ma scolarité (en première pour être exact).

Un étudiant, que notre prof de science eco nous avait présenté comme suivant des études en communication, avait fais passer à toute la classe un questionnaire sur les médias qui recensait un certain nombre de sujets d’actualité et nous demandait, pour chacun des éléments, notre avis sur son importance, la façon dont il était traité à la télé, dans les journaux etc…

Nous avons tous été honteusement abusé car ce soit disant élève en communication se trouvait être en fait un étudiant en psychologie et le principe de son travail était de monter comment l’être humain réagit face à des données inconnues. La moitié des soit disant « sujet d’actualité » étaient faux, n’avaient même jamais existé et, y compris dans un questionnaire anonyme, plus de 80 % des gens donnaient malgré tout leur avis dessus (les 20% restant étant composé de personne suffisamment calées pour déceler les informations fausses ou de rares individus avouant leur « non connaissance »).

Comme quoi, ce qu’affirme ce chatteur n’est pas totalement faux. Je pense que ça nous est tous arrivé de suivre une discussion à laquelle on ne comprend pas tout, d’entendre ou de lire un mot qu’on ne connaît pas et de faire malgré tout comme si on maîtrisait tout. On ne veut pas passer pour un idiot, on veut se « valorisé » ou, au moins, comme l’explique Goffman, garder la face.

Mais pourquoi, même quand personne ne pourra remonter jusqu’à nous (c’est le principe du questionnaire anonyme) faut il que nous refusions d’admettre nos failles ? On vit dans un tel univers du paraître que même à nos propre yeux il faut essayer de se revaloriser ? Est ce vraiment uniquement de l’orgueil ou touche-t-on à l’estime de soi ? Tout ça à cause de la pression
sociale ?

Vous vous demandez (ou pas) qu’est ce que j’ai répondu ? Et bien, comme beaucoup je suis tombé dans le panneau : je ne m’intéressait que peu à l’actualité (et maintenant encore ce n’est pas un de mes centres d’intérêt principal) et j’ai rempli tout le questionnaire en donnant mon avis et mon ressenti sur chacun des faits évoqués. Le boulet !

Ps: Même si cette expérience m’a rétrospectivement permis de prendre conscience de pas mal de choses sur moi, je trouve qu’effectuer ce genre de test sur des lycéens (l’âge ou l’on est le plus mal dans sa peau et ou personne ne veux avouer ses faiblesses) n’est pas vraiment glorieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s