Philosophie au travail

Un jour, un collègue comptable maintenant licencié a lâché dans la convesation  une phrase qui m’a, par la suite, pas mal fait gamberger :  » de toutes façons, moi je me retiens pour pouvoir faire mes besoins au boulot« .

Pourquoi ? Oui, pourquoi ? Ce n’est pourtant pas l’endroit le plus calme,  le plus sympa ni même le plus salubre de la planète alors d’où lui vennait cette volonté ?

Peut être pour ne pas payer l’eau ? Ou alors il ne vit pas chez lui ? Il ne veut pas indisposer sa copine ? Il a peur qu’on prélèveson ADN durant son absence ? Ses WC sont cassés ?
C’est un pervers qui se repaît de l’idée que d’autres vont passer après lui ?

Je me suis perdu en conjonctures et, sans que ça m’obsède je dois dire que cette disposition m’intriguait, jusqu’à ce que, quelques jour après, je lui pose la question. Réponse : « C’est juste l’idée. Me dire que, pendant que je suis là, tranquille, je suis payé« . Évidemment…

Vu sous cet angle, peut on considérer ça comme un acte de rébellion ? Le passage au toilette est il la révolte silencieuse de smicard ?

Ps: Pour la petite histoire, moi je n’ai rien trouvé de mieux à dire que « Et après on s’étonne que les patrons trouvent qu’ils nous paye pour de la merde« … Ça l’a fait marrer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s