Sciences Newtonienne

Quand je dis à ma mère que je trouvais le grand livre de Newton d’un ennui mortel, elle sourit avec satisfaction : « C’est bien mon avis ! Cet homme tragique nous a transmis une bien curieuse manière de comprendre l’univers ; pas comme l’oeil le voit, ni comme la main le touche, ni comme le cœur l’aime mais seulement comme les chiffres le mesurent. N’a-t-il pas dépouillé nos vies de toute couleur et substance sans lesquelles il ne peut y avoir d’humanité ? »

Les mémoires d’Elizabeth Frankenstein de Theodore Roszak

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s