Hellboy et Hellboy 2 : les légions d’or maudites de Guillermo del Toro

Hellboy est le nom donné à l’être né d’une des expériences paranormales pratiquées par les nazis à la fin de la 2 ème guerre mondiale. Recueillit par un spécialiste de l’occulte américain, il grandit, caché à l’humanité mais oeuvrant dans l’ombre, par le truchement du gouvernement US, pour le bien de celle-ci.

HellboyC’est sur cette introduction que s’ouvre Hellboy, premier du nom. A la différence d’autres « super-héros », Hellboy ne peut pas dissimuler son identité civile et il est obligé de se cacher tout court. C’est autour de ce héros râleur en quête d’amour et de reconnaissance et de ses acolytes tout aussi mal dans leurs peaux à cause de leurs différences que se tisse la trame du film. Ici, les ennemis sont présent mais anecdotique tant l’histoire se centre sur les rapports entre les personnages ou sur les protagonistes eux même et leurs conflits intérieur. Attention, ce n’est pas non plus un film intimiste Bulgare ou des amoureux déchirés regardent vaguement la mer pendant 1h30. On est bien ici dans un film de super héros, même si la dramaturgie de l’univers comics n’est pas oubliée (oui, les comics ont un univers dramatique fort, entre la tragédie grec et un bon sitcom). Les scènes d’actions sont filmées avec virtuosité, le scénario est bien écrit tout comme les dialogues qui mettent en exergue une bonne dose d’humour et l’univers visuel de Del Toro ajoute à la dimension fantastique voir onirique du film.

Hellboy-2Dans le second volet, les scènes d’action sont revue à la hausse, tant quantitativement que qualitativement (tous les combats de l’elfe sont à tomber) et la dimension visuelle globale du film est tout simplement étonnante. Cette fois ci, la part belle est faite aux ennemies (un prince elfe déchu qui tente de reprendre aux humains les terres qu’ils ont volé à son peuple et sa soeur, une princesse elfes opposé aux actions de son frère qui trouvera un bref refuge auprès du bureau de recherche et de défense paranormal, couverture officiel de l’équipe Hellboy).

Pourtant, malgré ces qualités intrinsèques, ce film perd beaucoup de ce que le premier épisode avait mis en place
à savoir des personnages profonds et complexe. Que les choses soient claires : Hellboy 2 se place clairement dans le haut du panier de ce que le cinéma fantastique peut nous proposer mais, a part sur le plan visuel, il reste beaucoup moins intéressant que son prédécesseur. Le personnage principal est quasiment absent tellement il est effacé de cette histoire et, la ou dans le premier opus ont pouvais la voir tour à tour tenter de régler des problèmes avec son père adoptif, essayer de se faire aimer d’une humaine, combattre le démon qu’il est et chercher une reconnaissance public il ne reste ici qu’une vague quête de légitimation aux yeux du monde et une histoire de couple (Liz est quasiment anecdotique) éclipsée par celle de abe et de la princesse elfe. Avec l’effacement de ce personnage on assiste aussi à la disparition d’une énorme part d’humour (le personnage de hellboy râleur, vanneur et son gimik traduit en français par « ça me gonfle » oeuvrant vraiment dans se sens).

Il n’en reste pas moins que les deux Hellboy sont des petits chef d’oeuvre du genre et, si ma préférence va au premier, je ne peux que constater avec enthousiasme les qualités de ces deux films et attendre avec impatience la sortis du troisième épisodes en espérant qu’il combine habilement les points forts de chacun de ses deux prédécesseurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s