Hécatombe

Une de plus. C’est encore une personne que j’apprécie vraiment, que je peux même qualifier d’amie qui va quitter mon entreprise (dans laquelle je bosse). Je me suis fais trois amis dans cette boite (doucement, insidieusement, ces personnes qui n’étaient, au début, que de vague connaissances, des « collègues », sont devenues de plus en plus proche, de plus en plus intimes pour finalement être, aujourd’hui, ce qu’on peux appeler des amis ) les autres restant de simples collègues (fort sympathiques pour la plupart au demeurant). Je vous avez fais part, il y a quelques temps de la volonté de départ d’un d’entre eux (une d’entre eux en réalité (voir  Bourdon )), volonté qui devrait se concrétiser fin décembre si ce n’est pas plus tôt (tout dépend de sa capacité à trouver soit un job qui lui plaît soit un poste de « chef »).

Cette fois ci, c’est une autre qui, avec certitude sur la date, va abandonner en avance un navire déjà sabordé pour des contrés salariales plus hospitalières. Encore une fois je vais me plaindre et gémir mon malheur tout en essayant de le contrebalancer par le fais que c’est un nouveau départ et que pour elle se sera toujours mieux (en tous cas c’est ce que je lui souhaite), mais ça n’enlève rien au fait qu’elle va me manquer.

Mon binôme et ami reste, lui, fidèle au poste quoi que de moins en moins motivé et de plus en plus en vrac physiquement (comme le souligne brillamment sa dernière bafouille link).

Tous ces gens vont me manquer. Je sais « on se verra encore ». C’est vrai ! Ce n’est pas comme s’ils partaient vraiment loin. Mais, malgré tout, ce n’est pas la même chose que de se voir quotidiennement. Souvenez vous de vos amis de lycée que vous voyiez, à l’époque, tous les jours et que vous avez du mal à croiser au moins une fois par semaine maintenant. Ça ne vous manque pas de temps en temps ? Mon passé est en train de dépérir.

Promis demain, je ne vous casse pas les noix avec mes petits problèmes (surtout qu’en relisant se post on le croirait écrit par un élève de sixième) et je vous balance une brève bien misogyne comme j’en ai le secret.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s