A qui la faute ?

Musique écoutée : Passage de Samael

Dernier livre lu : Miss Amérique ne pleure jamais de Julianna Baggott

Dernier film vu : Les promesses de l’ombre de David Cronenberg

Ce matin, sur une chaîne de clip, je suis tombé sur « c’est chelou », la nouvelle chanson d’une fille qui s’appelle, il me semble, Zaho. Dans cette chanson, elle râle parce qu’une fille drague son mec (qui n’a pas vraiment l’air réticent non plus). Mais plutôt que de menacer son mec, miss Zaho menace de foutre sur la gueule de la « meuf » en question.

Cette situation est plutôt symptomatique d’une vision du couple qui m’intrigue : en vouloir à la troisième personne et non à soi- même ou, au plus grand fautif dans l’histoire, l’autre.

C’est toujours la faute d’un dragueur, d’un connard, d’une salopes, en gros, de tous ces célibataires (donc libre de leurs choix et de leurs actes) qui ont amené notre conjoint (une personne en couple et avec des engagements) sur le chemin de la perversion. Comme si c’était plus facile d’en vouloir à cette troisième personne plutôt qu’à la personne qui a brisé notre amour et notre confiance.

Moi, j’ai envi de prendre la défense de ces troisièmes personnes. Après tout, ils tentent leur chance dans le jeu de la séduction et si notre moitié craque, tant mieux pour eux. Ils n’ont aucun compte à nous rendre. Nous ne les connaissons pas, ils ne nous connaissent pas. Finalement notre seul point commun c’est d’avoir séduit (et parfois couché) avec la même personne (l’ironie du sort comme on dit). C’est notre homme ou notre femme qui ont merdé. C’est plutôt à lui/elle qui faudrait en vouloir, non ?

La question subsidiaire à tout ça c’est, faut il vraiment en vouloir à quelqu’un ? Pourquoi ne pas s’en vouloir à sois-même ? Si l’autre est allé voir ailleurs n’est ce pas un peu de notre faute? N’avons nous pas manqué d’un peu de présence, d’affection, de séduction ? Est ce pour ça qu’on en veux au troisième, pour ne pas se regarder en face ? Soyez honnête, qui est vraiment satisfait à 100% de son implication dans son couple ? Pas moi en tous cas. Je me dis régulièrement que je pourrais lui apporter plus, me forcer plus souvent pour son bonheur, être moins égoïste par moment…

De cet imbroglio de questions ressort LA question fondamentale : aimons nous l’autre ?
Si jamais votre moitié vous trompe, resteriez vous avec elle ?
C’est sur cette question angoissante que je vous laisse, sachant que, pour ma part mon choix est déjà fait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s